154% de notre campagne réalisée ! Continuez à nous aidez afin de combler le devis total de 6860 euros !

Prochaine A.G.

Le 27 Octobre 2018

Elle aura lieu :
50 rue Bancel
69007 Lyon
Heure de début de réunion : 15 h

de l' AG du 31 Mars

Bougwa'ah, le 12 novembre 2018

Partenaires

Les organisations suivantes ont bien
voulu nous soutenir dans la réalisation de nos projets

Nous les en remercions !

Baloum n’est pas un village, mais un ensemble de villages.

De façon générale, le groupement des villages Baloum est entouré de cinq autres groupements :

Ces groupements de nos jours appartiennent à trois départements de la région de l’Ouest du Cameroun :

Notons que les limites de Baloum ont été modifiées au cours de l’histoire. Très souvent les modifications ont été précédées de luttes fratricides.

Du côté de Fomepia, la limite originelle est le lieu sacré dit Melounvou, vers Bamendou c’était le cours d’eau Mecheung, vers Bansoa le carrefour Michel Penka (Gwouang) et la route qui y va jusqu’au carrefour Baloum, vers Bamendjou c’était le lieu sacré situé au carrefour Tchum.

Langue

Le groupement Baloum est constitué essentiellement des Bamiléké et des Bororos (en minorité).

En dehors de cette minorité, la population appartient à la zone linguistique YEMBA. Sa variété dialectale est désignée par les linguistes par le terme « Yemba Sud-est » par opposition à « Yemba-Centre » (Foto, Bafou…) « Yemba-Nord », etc.

Origine

Le nom Baloum aurait été donné par un chasseur parti de Foréké pour une partie de chasse. A son retour, et pour décrire cet endroit nouveau où la chasse a été miraculeuse, il utilisa le terme « LO » désignant les nuages qui caractérisent jusqu’aujourd’hui ce coin de la chaîne des montagnes de l’Ouest.

Le terme a désigné, puis ses habitants : PEH-LOU. Le vocable « BEH » dominant dans le Ndé, Mifi… a alors remplacé celui de « PEH ». PEHLOU ou bien BALOUM signifie donc les gens de LO/LOUM. En général, les Baloum sont des Bamiléké.

En langue locale, « nekeu, keukeu.. » désigne les ravins. Les PEUHNEKEU désigne « les gens habitant les ravins ». Le colon a transcrit ce terme en Bamiléké.

Source : TAKOUDJOU Jean Paul , KAMGANG Vincent, Baloum, Trois siècles d'existence